La Transformation digitale d’entreprise et la disparition annoncée du facteur humain dans le travail

Robotisation, Intelligence artificielle, algorithmes, bots, contacts — humains ? – par écrans interposés… La transformation digitale des entreprises est en route, mais elle suscite beaucoup d’inquiétudes face à une disparition annoncée du facteur humain dans le travail.

La fâcheuse question est de savoir si cette transformation nous oblige à considérer l’efficience optimale et la performance à outrance comme seuls objectifs, ou si nous pouvons profiter de ce moment et arriver à reformuler la place de l’entreprise (et la place du travail) dans la société. Comment pouvons-nous créer les conditions pour une transformation heureuse ?

Un thème à la mode

« Placer l’humain au cœur de la transformation digitale d’entreprise » est un thème à la mode : le plus souvent, il va de pair avec cette idée que les hommes et les femmes constituent ensemble le facteur le plus important de l’entreprise. Ce qui est plus étonnant, c’est qu’on en parle en termes de « capital ». Pourtant, ce terme est à sa place, car c’est dans ces termes que « l’humain » est mis au cœur de cette transformation numérique. [1] Ce texte a été publié pour la première fois le 10 mars 2017.

Lors du salon de Niort Numérique sous la thématique de « La transformation numérique des entreprises », les 9 et 10 mars 2017, j’ai eu le plaisir d’intervenir sur justement cette thématique, et j’ai opté pour une approche plus théorique et pratique.

 

La complexité des interdépendances, enjeu important de cette transformation

J’ai la fâcheuse habitude de m’intéresser à la complexité des choses et de vouloir en parler. C’est un peu à contre-courant, mais je pense sincèrement qu’à l’ère de la robotisation, des bots, de l’Intelligence artificielle et des algorithmes, nous devrions tous nous intéresser à la complexité de la relation entre hommes et machines d’un côté et de la relation de l’entreprise à la société. Je dirai même que sans une vision explicitement tournée vers l’humain, cette transition numérique ne peut réussir.

Le pari pris lors de mon intervention était d’expliquer une petite partie de cette complexité en 45 minutes, et ce, avec une présentation (presque) entièrement dénudée d’images. Que des textes, puisque mon objectif était de permettre aux lecteurs d’après-salon de suivre le fil rouge et le fond de la pensée – ce qui est quasi-impossible avec juste quelques images et peu de textes, aussi cool que cette approche puisse être.

Le capital humain, enjeu de connexion et d’émancipation des acteurs

Je suis convaincue que cette transformation numérique, aussi difficile et excitante qu’elle puisse être à la fois, est complexe et doit nécessairement passer par l’humain. Dans cette ère d’émancipation dans et par le travail, nous ne pouvons plus considérer le « capital humain » exclusivement comme un capital d’exploitation à de fins financiers, mais nous devons prendre en considération les enjeux de connexion et d’émancipation des acteurs.

Pour que la transformation numérique des entreprises se fasse dans de bonnes conditions, il est important de revoir les oppositions homme-machine et de développer des démarches innovantes pour vraiment connecter les gens afin qu’ils s’émancipent et puissent devenir des forces actives des entreprises. Parallèlement, l’entreprise doit effectivement se repositionner par rapport à la société et définir son rôle dans celle-ci. Elle doit définir un ensemble de rites, à l’image de la notion ancestrale de l’hospitalité, ce que j’appelle « l’Hospitalité digitale ».

 

 

[1] Il se trouve que c’est justement aussi le cœur des critiques au néolibéralisme (Foucault, Gershon), mais ce serait peut-être le sujet d’un autre article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *